sculpture - arts mélangés
création, outils artistiques
une façon de sculpter
arts mélangés


>
>
>
>
>
prochaines dates :
> Sculptures envahissantes, sculptures promenade - MK50 à Milton Keynes (GB) - Du 17 au 21 octobre 2017
> Frémissements - Résidence - Lieu Multiple à Poitiers - Du 4 au 8 décembre 2017
> Frémissements - Sortie de résidence - Lieu Multiple à Poitiers - Vendredi 8 décembre 18:00-19:30 2017

contactez-nous

Création : Evous


les arcs

SoloSculpture, Savicenta, Croatie, 2003. Photo Viera Bonifacic.

« Mes arcs sont la suite de mes gestes, leur prolongement. Ils sont ma tendresse et ma colère, ma faiblesse et ma force. »

« Ces outils particuliers, matériau du sculpteur-improvisateur, caractérisent mon travail. Imaginés pour échapper au temps long du sculpteur et retrouver en spectacle l’instantané qui est le temps du musicien, du danseur, du comédien, ils sont devenus les instruments de mon intimité. Ils m’ont offert tout à la fois la sculpture, la danse, la musique et le théâtre. Ils me permettent tout autant de rassembler tous les regards sur le plus petit espace ou d’expanser mon corps au-delà de ses limites naturelles. Ils ouvrent l’expression de toutes leurs facéties inattendues dans le corps à arcs que j’engage avec eux. Ils densifient le moindre geste, le moindre regard, la moindre intention. J’en joue et ils me dominent. Le public reconnaît dans cette relation originale nombre des situations de la vie et partage avec moi le temps de représentation plutôt que de le recevoir passivement. Nous trouvons la même respiration crispée dans la tension, le même souffle dans la détente. Ici le jeu n’en est jamais tout à fait un. La confrontation au matériau quasi vivant est réelle. Et puis, comme dans tout spectacle qui se respecte, il y a ce petit coup de magie qui touche un peu plus loin que la surface, laissant une vraie marque dans le souvenir.
Les partenaires doivent eux aussi apprendre à connaître les réactions des arcs et les apprivoiser. “Comment exister à côté d’eux ?” est la question qui se pose à tous. Encore plus aux artistes du visuel qu’à ceux du sonore. Les questions s’enchaînent. Le travail permet d’en lever quelques-unes. Bientôt l’arc devient un partenaire pour tous ceux qui sont sur scène. La transversalité alors s’établit, absolument. L’œuvre commune qui est ce temps-là, dans ce lieu-là, peut s’ériger. »

Denis Tricot, 2006

> les fils de bois
> SoloSculpture
> Pied d’âne - Art et travail