sculpture - arts mélangés
outils artistiques, créations
une façon de sculpter
arts mélangés

accueil > arts mélangés > arts mélangés > retenir son souffle, sinon tout disparaît

arts mélangés
la revue
> L’éphémère pour partage
> A quoi ça sert ?
> L’art contemporain et les musiciens d’Etaules
> Je ne sais pas
> retenir son souffle, sinon tout disparaît
> Un peu d’art en quartier
Création : Evous


arts mélangés - la revue

retenir son souffle, sinon tout disparaît

Par Benoît Vitse

Quand on voit Denis Tricot s’armer de ses arcs après les avoir sortis de leur immobilité, quand Zrinka Simicic, sa complice, vient se glisser dans le jeu de cordes et de bois,
Quand on entend le fracas des planches martelant le sol comme une baguette de tambour, comme un marteau de piano, comme une caresse de fer à cheval sur le bitume,
Quand on ressent avec les autres spectateurs cette résistance des éléments et cette douceur de vivre,
On s’aperçoit vite qu’il raconte l’histoire de notre vie, avec les heurts et les bonheurs, avec les grincements et les magies de tous les jours, grincements dedans dehors, magies d’un instant qui s’éternise, d’un souffle qui vous réchauffe.
Ce couple au loin qui sculpte et qui danse, c’est bien notre reflet, sans cesse mouvant sur le pavé ou sur le sable. La lutte est âpre parfois, l’installation craque, se rebelle contre le démiurge, mais bien vite on échappe à la pesanteur. Au moment où l’on craignait de le voir -lui et sa svelte compagne de jeu- écrasé par la machine, comme un vulgaire apprenti sorcier, c’est le moment qu’il choisit pour soulever cette massive composition comme un fétu de paille. Avant de la reposer, tranquillement. Et de partir sur la pointe des pieds.
Il ne reste plus alors au spectateur qu’à s’approcher de cet édifice improbable de planches et de chanvre
Et de retenir son souffle, sinon tout disparaît
Comme un poème entendu tant de fois et jamais transcrit sur le papier.