sculpture - arts mélangés
création, outils artistiques
une façon de sculpter
arts mélangés


>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
prochaines dates :
> Tourmente - Musique du lieu en Lozère - Concerts - Chapelle du Mont Lozère et ses abords (48) - Dimanche 24 juin 11:00-12:00 2018
> Tourmente - Musique du lieu en Lozère - Exposition visuelle et sonore en plein air - Chapelle du Mont Lozère et ses abords (48) - Organisation Pays d'art et d'histoire Mende et Lot en Gévaudan, CAUE du Lozère et Rudeboy Crew / festival d’Olt. Dans le cadre du Mois de l'architecture Occitanie et de Mont-Lozère en fête. Partenaires : Union européenne - association Terre de vie en Lozère, DRAC Occitanie, Département de Lozère, Parc national des Cévennes, commune de Mont-Lozère-et-Goulet. - Dimanche 24 juin 12:00-14:30 2018
> Tourmente - Musique du lieu en Lozère - Concerts - Chapelle du Mont Lozère et ses abords (48) - Dimanche 24 juin 16:00-17:00 2018
> Fuse - Résidence - Labo Novo, Reillanne (04) - Du 14 au 21 juillet 2018
> Fuse - Performance - Labo Novo, Reillanne (04) - Du 18 au 19 juillet 2018

contactez-nous

Création : Evous


Lorsque je visite…

« Lorsque je visite, pour bien voir, pour bien comprendre, j’ai besoin de mes planches. Elles composent mes sculptures éphémères qui défient la pesanteur. Constamment je cherche pour elles les accroches nécessaires. Je prends aussi dans l’air la musique et le geste qui leur conviennent. C’est dans ces moments que je vois vraiment, que je découvre l’admirable ou la prétention, la poésie souvent. Le plus touchant est de mettre ses mains dans les mains du bâtisseur, de lire les signes cachés, de percevoir l’attention ou la précipitation… mais là ne sont que les murs.
Les habitants, les utilisateurs du site, du monument se rencontrent dans leurs déplacements, au détour d’un arc juste posé en équilibre et qui va tout d’un coup, de toute sa fragilité, dévier un parcours habituel, montrer un chemin qui pourrait être autre. On les surprend au coin d’un équilibre osé qui fait naître l’ombre d’une crainte. Ils se découvrent épanouis, patients, accueillants généreux, touchés, émus ou alors chargés de la tension d’un temps pressé. Ils prennent conscience de leur espace en rencontrant une sculpture vive qui soudain le partage avec eux.
Et puis, en écoutant bien, monte la musique du lieu. Frottements, glissés, vibrations, battements, frappes dégagent les acoustiques, les atmosphères. Ce ne sont pas les moindres indications. Un espace qui respire bien sonne à l’aise.
Le temps d’une journée, de deux ou de trois, avec quelques arcs et quelques longs fils de bois, je visite, bouge, sculpte et révèle pour qui veut bien prêter ses yeux et ses oreilles.
Les sculptures sont habituées aux espaces précieux et ne commettent aucun dommage même si elles provoquent quelques émotions. Ne sont-elles pas là pour ça ? »

Denis Tricot, 2005