sculpture - arts mélangés
création, outils artistiques
une façon de sculpter
arts mélangés

accueil > création, outils artistiques > lutheries monumentales > Orgue de mer, L’Eguille-sur-Seudre, 2007



>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
prochaines dates :
> Frémissements - Résidence - Lieu Multiple à Poitiers - Du 4 au 8 décembre 2017
> Frémissements - Sortie de résidence - Lieu Multiple à Poitiers - Vendredi 8 décembre 18:30-19:30 2017

contactez-nous

Création : Evous


Orgue de mer, L’Eguille-sur-Seudre, 2007

L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...) L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...) L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...) L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...) L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...) L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...) L'Eguille-sur-Seudre (17). Photo : Nathalie Walter, CDA (...)

L’ORGUE DE BOIS, création 2005
Éric Cordier, musicien
Denis Tricot, constructeur, luthier

Tendus en l’air, six à sept fils de bois de 9 mètres minimum, entièrement sous suspentes, constituent la matière vivante d’une sculpture-instrument pour les paysages et les architectures. Ils s’élancent à partir d’un espace qui devient la console de l’Orgue de bois. L’amplification prend sa source ici, à partir de capteurs sonores fixés sur le bois. Éric Cordier, titulaire de l’orgue, intervient au niveau de la console sur les attaches et directement sur le bois avec mailloches et archets. Denis Tricot, en déplacement constant, agit à mains nues sur les suspentes et sur les planches. En duo engagé dans la musique concrète, ils improvisent.
À mi-chemin entre la harpe éolienne d’Athanase Kircher et les expérimentations concrètes de Pierre Schaeffer, se référant aux compositions pour les extérieurs de Murray Schafer, l’Orgue de bois se définit avant tout par son mode de jeu : le mode naturel où seul dans son espace, il est joué par le vent, et le mode instrumental où, joué par les archets, il devient un corps sonore amplifié. Instrument électrique, il ne sonne pas d’emblée et ne prend vie que par les technologies d’amplification et de diffusion qui le rendent audible.
Parmi les archets attendus : le vent, le public qui découvre en manipulant l’instrument et en assistant aux concerts le plaisir de jouer avec les sons, et les flammes qui livrent aux capteurs sonores des vibrations provoquant des musiques étranges.
Chaque instrument est unique, conçu pour le lieu qui le reçoit. Il se développe à l’échelle d’un paysage, d’une architecture, d’une rue, d’une ville… Avec ses vastes fils de bois emmêlés, il crée des espaces pour des lieux privilégiés exposés aux regards. Des improvisateurs du geste et du son sont invités pour y devenir des archets improvisés.